Monuments

PALAIS DE DIOCLETIEN (Split)

Depuis 1979 le palais de Dioclétien figure sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est l’un des monuments romains les mieux préservés. Le palais de l’Empereur a été construit entre 295 et 305 après JC, comme un ensemble de villas de luxe et de camp militaire (castrum). Il est divisé en quatre parties par deux rues principales. La partie au sud fut construite pour l’Empereur et ses chambres. La partie au nord fut prévue pour l’armée et l’administration. Le palais est construit de la pierre de l’île de Brac. Les sphinx, le marbre et les ornements gravés son apportés d’Egypte, d’Italie et de Grèce.

Le palais est situé à 6 km de Salona et entouré de 16 remparts. Il y a quatre entrées dans le palais, dont trois côté littoral et une côté mer.  L’entrée du nord, avec la porte double, était l’entrée principale dans le palais. Depuis les deux rues principales, cardo et decumanus, la rue cardo menait au Peristyle. Côté gauche se trouve le mausolée de l’Empereur: c’est aujourd’hui la cathédrale de St Dujam. Trois temples ont été érigés côté droit : le temple principal était celui de Jupiter et il est bien préservé, les deux autres sont le temple de Venus et de Kibela. Le Vestibule fascine encore autant aujourd’hui : ce vestibule d’appartement de l’Empereur était surplombé d’ une grande coupole et depuis deux siècles il est inhabité.

Les immeubles d’époques et styles divers sont bien préservés. Le palais de Dioclétien a bien préservé son ancienne partie jusqu’au jour d’aujourd’hui. Quand le palais fut transformé en ville, le mausolée devint la cathédrale consacrée à la Vierge Marie. A la fin du Moyen âge, cette cathédrale fut rebaptisée, d’après le martyre de Salona et le protecteur de la ville de Split, St Dujam. Le palais de Dioclétien est peut-être le seul monument culturel au monde qui est habité. De sa riche histoire témoignent le Peristil, le mausolée de Dioclétien, le temple de Jupiter, les églises chrétiennes, les maisons romanes, les œuvres du sculpteur Juraj Dalmatinac et de nombreux autres monuments.

Dioklecijanova palača   Dioklecijanova palača

Dioklecijanova palača

LA BASILIQUE D’EUPHRASE (Porec)

La basilique d’Euphrase est le plus important monument de la ville de Porec ; depuis 1997 il figure sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Cette basilique est faite des constructions sacrées bâties à l’époque de l’évêque d’Euphrase, au VI° siècle aptrès JC . Cette basilique inclut l’atrium, le baptistère, la cour d’évêques et les ruines des mosaïques et des constructions sacrales des III°, IV° et V° siècles. Des mosaïques sont bien préservées et l’on peut les comparer seulement avec celles de Ravenne en Italie. D’après des mosaïques du plancher et des inscriptions sauvegardés, nous pouvons suivre toutes les phases de sa construction et de ses aménagements successifs. Au centre de l’abside de la basilique se trouve le tableau de Vierge Marie avec son enfant,  Jésus et des anges. Sur ce tableau figure l’évêque d’Euphrase avec la maquette de l’église. Des côtés gauche et droit des mosaïques figurent l’Annonciation et la Visitation de Vierge Marie. La basilique a été reconstruite au XIII° et XV °siècles.

Eufrazijeva bazilika   Eufrazijeva bazilika

Eufrazijeva bazilika kupola

 

LES LACS DE PLITVICE (Knin)

Les lacs de Plitvice sont le Parc national le plus connu en Croatie et sont parmi les plus belles beautés naturelles européennes. L’abondance de l’eau, le son des cascades, la force et le pouvoir de la nature qui provoque le respect, c’est probablement ce que vous sentirez quand vous visiterez les lacs de Plitvice pour la première fois. Les lacs de Plitvice sont situés à la source de la rivière karstique Korana à l’altitude de 480 m, entre les montagnes Mala Kapela et Lička Plješevica.

Les lacs de Plitvice sont composés de 16 lacs se superposant et qui sont reliés les uns aux autres par des cascades et des chutes d’eau. Des kilomètres de ponts en bois et de sentiers donnent la possibilité d’un contact proche des visiteurs. La nature qui crée les cascades, les forêts et les plants dans le Parc national ainsi que l’entrelacs de zones d’eau à plusieurs niveaux ravissent chaque année des milliers de visiteurs. Des digues entre les lacs à travers lesquels tombent des chutes extraordinaires se renouvellent d’une manière particulière depuis des milliers d’années. Par l’entassement du carbonate de calcium au fond du lac et sur les objets submergés, les barrières naturelles qui s’élèvent au-dessus de l’eau créent des chutes d’eau spectaculaires. C’est pour la diversité de ses formes naturelles que les lacs de Plitvice sont inscrits au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Plus de trois quarts de la surface du parc est boisé. Les arbres qui prédominent sont l’hêtre et le sapin. La faune y est diverse. Des ours et des loups y ont trouvé leur abri. Dans cette région on a enregistré plus de 140 espèces d’ oiseaux, dont environ 70 espèces y font toujours leur niche.

La beauté extraordinaire des lacs et cascades, les promenades dans les sentiers et ponts en bois, les hôtels confortables, les restaurants avec des spécialités locales et la position favorable entre Zagreb et Dalmatie attirent les visiteurs durant toute l’année.

 

Plitvička jezera

Plitvička jezera   Plitvička jezera

 

VIEILLE VILLE (Trogir)

La ville de Trogir est située entre le continent et l’île de Ciovo. Ce qui est caractéristique de cette ville est l’art des sculpteurs sur pierre. La vieille ville de Trogir figure sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. En vous promenant dans les rues de la ville de Trogir, vous sentirez l’époque des Grecs, des Romains et des Vénitiens.

Presque chaque maison de la ville a son propre blason ou inscription. De nombreux palais, maisons qui datent du XIII° siècle ainsi qu’ une dizaine d’églises, sont préservés. A la partie sud de la ville la plupart des remparts avec des tours ont été sauvegardées. Près de la porte  sud vous verrez la loggia où les voyageurs trouvaient un abri après la fermeture de la porte de la ville. La porte  nord est protégée par la sculpture de St Ivan (St Jean). Dans la partie du sud-ouest se trouve la fortification Kamerlengo du XV° siècle. Kamerlengo servit comme hébergement de l’armée vénitienne. Cette fortification est surnommée d’après Camerarius, l’administrateur vénitien. Aujourd’hui la fortification est la scène d’été. Du côté opposé vous trouverez la tour de St Marco, qui jadis fut liée à la tour de Kamerlengo pour protéger la ville des Turcs.

Dans la partie orientale de la ville, sur la place centrale sont situés la cathédrale, le palais ducal, la loggia qui servit comme  tribunal et le palais de la famille aristocrate Cipiko. L’entrée dans la cathédrale de St Lovre (plus connue comme la cathédrale de St Jean) est ornée d’un portail roman, chef-d’œuvre du sculpteur croate très connu, le maître Radovan qui date du 1240 : la vie de Jésus y est représentée, et près du portail vous verrez des sculptures d’Adam et Ev. A l’intérieur de la cathédrale vous trouverez des œuvres d’Andrija Alesi, Nikola Firentinac, Ivan Duknovic et d’autres artistes.

Dans le centre de la ville vous trouverez l’église de Ste Barbara qui est la plus vieille église de la ville, restaurée au XI° siècle, l’église de St Pierre qui appartenait au monastère des femmes, le monastère dominicain de St Dominique et le monastère bénédictin de St Nicolas avec le musée de Kairos.

 

Trogir   Trogir

Trogir

FORTERESSE DE DUBROVNIK

Dubrovnik, la perle de l’Adriatique, est une ville au passé historique considérable. Cette ville est inscrite sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1979. Au XIII° siècle fut proclamée la République de Raguse, très importante dans le commerce en Méditerranée. Les citoyens de Dubrovnik ont pu préserver leur liberté grâce à d’intenses relations commerciales et diplomatiques, mais aussi à de grandes murailles et fortifications.

Aujourd’hui des remparts massifs, d’une longueur de 2 km et d’une hauteur de 25m avec leurs fortifications et tours, représentent la plus importante attraction de la ville; ils ont été construits entre les XIII° et XVI° siècles. La tour Revelin protège la ville d’est et la fortification Lovrijenac protège la ville de sa partie ouest.

La tour Revelin est construite d’après le modèle de l’architecte espagnol Antonio Ferramolino. Dans la tour vous pourrez voir des espaces de luxe qui furent l’hôtel de ville et la trésorerie de la République. Devant Revelin, vers la mer vous verrez une terrasse en forme de la place et avec une vue ouverte sur le port où le Festival d’été de Dubrovnik. La tour Lovrijenac est située sur un rocher d’une hauteur de 40 mètres. Pendant des années la tour eut des fonctions diverses et après la Seconde guerre mondiale, la tour a la même fonction que jadis avec l’inscription sur la porte “NON BENE PRO TOTO LIBERTAS VENDITUR AURO” – On ne vend pas la liberté, même pour tout trésor du monde”. Aujourd’hui cette phrase est connue comme la dernière scène du spectacle Hamlet pendant le Festival d’été de Dubrovnik.

La porte de Pile représente le premier rencontre avec la ville du côté occidental. La porte extérieure en forme d’arc est construite en 1537 dans le mur de la tour du même nom. Au-dessus de la porte principale est posée la grande sculpture de St Vlaho, le protecteur de la ville de Dubrovnik, l’œuvre du sculpteur croate Ivan Mestrovic. Minceta, la fortification du nord de la ville est surnommée d’après la famille aristocratique Mencetic: c’est une tour en forme ronde avec une vue panoramique qui donne sur la ville. La porte de Ploca est la porte d’est qui ressemble à la porte de Pila avec sa porte extérieure et inférieure, le pont en pierre et le pont mouvant en bois. Le tremblement de terre de 1667 avec des incendies, a détruit la ville de Dubrovnik. Cependant, des églises, monastères, palais et fontaines sont sauvegardées en restauration. Au début des années 1990, pendant la guerre en Croatie, la ville de Dubrovnik a été endomagée de nouveau. Des restaurateurs croates en collaboration avec l’UNESCO ont restitué la beauté à la ville.

 

Dubrovnik   Dubrovnik

Dubrovnik

 

CATHEDRALE ST JACQUES (Sibenik)

La cathédrale  St Jakov (St Jacques) est un monument sacré qui depuis l’an 2000 figure sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Cette cathédrale est construite sur la partie sud de la vieille place. L’idée de la construction de la cathédrale date de 1298, quand la ville de Sibenik est devenue le diocèse de la ville.

La construction a commencé en 1431 et dura jusqu’en 1536. Juraj Matejev Dalmatinac (Georgius Mathei Dalmaticus), qui finit son éducation à Venise, fut invité pour mener la construction du temple. Ce maître de l’art gothique a changé la conception primaire de l’église. Donc, il créa des nefs latérales, un sanctuaire et des absides ornées de 72 portraits des habitants de la ville de Sibenik. La cathédrale est construite en pierre, sans mortier: la pierre fut apportée des îles de Korcula, Susak, Brac, Rab et Krk. Après la mort de Juraj Dalmatinac, la construction de l’église continua avec Nikola Fiorentinac, lequel érigea les nefs latérales, la coupole et le toit. Après sa mort, en 1505, la construction de la cathédrale fut terminée par Bartolomeo et Giacomo de Mestre. Le baptistère de la cathédrale, œuvre de Juraj Dalmatinac, est au rez-de-chaussée. Le baptistère est décoré par des ornements de pierre et l’arc est orné de Dieu et des anges.

La cathédrale Saint-Jacques (Sveti Jakov), construite entre 1431 et 1535, est le témoin d’importantes collaborations aux XV° et XVI° siècles, dans le domaine de l’art monumental entre le nord de l’Italie, la Dalmatie et la Toscane. Trois architectes – Francesco di Giacomo, Juraj Dalmatinac (Georges le Dalmate) et Nicolas le Florentin – ont construit une structure entièrement faite de pierres, en employant une technique unique pour la coupole de la cathédrale. Le résultat est une harmonie entre la pierre et la méthode d’empilage, et un équilibre absolu entre le volume de l’intérieur et l’extérieur de la cathédrale.

Katedrala Svetog Jakova   Katedrala Svetog Jakova

Katedrala Svetog Jakova

 

Starigradsko polje (Old town plain)

Depuis le mois de juillet 2008, la plaine de Stari Grad figure sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Dans le descriptif du site, l’organisation souligne que ses vignobles et oliviers „sont restés pratiquement inchangés“ depuis la première colonisation des Grecs. Ils sont ainsi un témoignage unique de la division géométrique de la terre utilisée durant l’Antiquité.

Un groupe d’une centaine de familles de l’île grecque de Paros, a embarqué au cours de l’été de l’an 385 av. JC, en direction du golfe ionien – nom utilisé par les Grecs pour désigner la mer Adriatique – afin d’y fonder une colonie.
Leur destination finale fût l’île de Hvar, appelé Fite à l’époque. Ils étaient menés par Ociste, dont le devoir était également de répartir les lots de terre de ce nouveau territoire. Depuis l’endroit où il est possible d’observer pratiquement toute la plaine, on y discerne au milieu, le point de départ de cette division – l’omphalos. A l’aide d’une grume, instrument de mesure, la plaine a été mesurée et divisée en parcelles de 1 à 5 „stadias“, ce qui équivaut à environ 180 sur 900 mètres. Des bornes indiquant le nom des propriétaires des parcelles y ont été installées. Cette façon de diviser la plaine n’a pas plu aux Illyriens de l’île et du littoral, ils ont alors lancé une attaque sur la ville en 384 av. JC. Les Grecs sont sortis vainqueurs de ce conflit et ont alors pu disposer de l’ensemble de la plaine de Stari Grad, la plus grande et la plus fertile des îles de l’Adriatique.

Très rapidement, les colons ont commencé à ériger des maisons et des édifices auxiliaires sur leurs terres. Ces édifices luxueux datent de l’époque romaine et jusqu’à présent les restes d’une soixantaine d’entre eux ont été retrouvés.
La plaine de Stari Grad est aujourd’hui le paysage de l’Ancienne Grèce le mieux conservé de la Méditerranée.

Starogradsko polje

Starogradsko polje

 

Search

Réservation d'hébergement

Advertisement

Uluguru Tours, tour company & safaris Royal Tour N Travel Advertisement Advertisement